Historique des rencontres

Une belle idée qui vit le jour en 1964 !

50870884

3dflags_de 3dflags_de   3dflags_bel 3dflags_bel   3dflags_fra 3dflags_fra   3dflags_lux 3dflags_lux   3dflags_nld 3dflags_nld  

Städtiches Mathematisch Natürwisenschaftlisches Gymnasium

Mönchengladbach

(Allemagne)

Wico St-Hubertus  Wico St-Maria

Neerpelt (Belgique)

Institution Notre Dame des Anges St-Amand-les-Eaux

(France)

Lycée  classique Diekirch

(Luxembourg)

Scholengemeenschap Were Di

Valskenwaard (Pays-Bas)

 

En 1964, un professeur d'Education Physique hollandais, Hayo Rulander, eut l'idée singulière mais séduisante d'une rencontre sportive et culturelle de trois jours entre des jeunes de différents pays d'Europe. Encouragé par son chef d'établissement, il prit son bâton de pèlerin et se mit à la recherche d'écoles intéressées par son projet.

 

En 1965, une première rencontre réunit deux écoles, le College de Weert (Pays-Bas) et le Städtisches Mathematisch Natürwisenschaftlisches Gymnasium de Mönchengladbach (Allemagne). En 1966, le Sint Hubertus College et Sint Maria Instituut de Neerpelt (Belgique), puis en 1967 le Lycée Classique de Diekirch (Luxembourg) se joignent au groupe. En 1968, le Collège de Weert cède définitivement sa place au Hertog Jan College de Valkenswaard (Pays Bas).

 

L'Institution Notre Dame des Anges de Saint-Amand-les-Eaux (France), contactée elle aussi, envoie un observateur aux rencontres de 1968 avant d'adhérer au projet et de devenir membre de la "Communauté de la Jeunesse Européenne", créée en 1967 à Robertville, dont le siège est au 25 Stationstraat à Neerpelt (Belgique), et dont les statuts et règlements seront définitivement établis par les cinq écoles à Namur en mai 1969. La proposition attire en effet. Au-delà de la simple pratique du sport, les objectifs de l'association sont ambitieux : favoriser l'esprit de fraternité entre des jeunes de nationalités différentes, faire découvrir le pays d'accueil, développer une meilleure connaissance des approches éducatives et culturelles des différents acteurs de l'école. Mais l'aventure ne commence véritablement pour notre Institution qu'en 1969, à Valkenswaard, aux Pays- Bas, où elle participe pour la première fois aux Rencontres.

 

Depuis quarante ans, les cinq écoles se retrouvent chaque année. L'établissement organisateur accueille près de cinq cents jeunes et une centaine de professeurs européens. En 1993, une importance et une variété plus grandes sont données aux activités culturelles. Venant s'ajouter au sport, les arts plastiques, le théâtre, la musique, le chant, la danse, la photographie, la technologie et depuis récemment les sciences font désormais aussi l’objet d'ateliers. Depuis 2001, pendant les trois jours précédant les rencontres, deux  élèves de chaque pays jouent le rôle d'éclaireurs en venant suivre des cours et participer à diverses activités dans l'école organisatrice. Tous les ans, dans chaque pays, la préparation aux rencontres européennes mobilise élèves et enseignants dans un projet commun. Leur contribution au développement du sport dans notre école a d'ailleurs été considérable.

 

Quelques initiatives parallèles se sont ajoutées, comme des échanges entre troupes théâtrales, la participation à plusieurs reprises de notre chorale aux rencontres internationales de chorales de Neerpelt, la présence de professeurs des différents lycées aux épreuves du bac en Allemagne, l'invitation au Parlement Européen de Strasbourg de délégations des cinq écoles en 1983. De 2002 à 2007, vingt-cinq jeunes venus des cinq établissements ont participé chaque année en juillet à une Classe Européenne du Patrimoine et se sont initiés à l'archéologie à St Romain en Côte d'Or. D'autres projets sont à venir.

 

Dans les années soixante, l'idée pouvait paraître insolite et un tel événement annuel était si spectaculaire qu'en 1970, une chaîne de télévision allemande y consacra une émission de vingt minutes. L'Europe telle que nous la concevons aujourd'hui n'en était qu'à ses premiers balbutiements et tout était à construire, dans les faits comme dans les mentalités. Une telle initiative, dans toute son utopie — elle est d'ailleurs la seule en Europe, et peut-être au monde — ne pouvait qu'apporter sa pierre à l'édifice. En mai 2007, à Neerpelt, des observateurs tchèques étaient invités qui tenteront peut-être l’aventure avec d’autres. Les liens que ces rencontres ont pu créer entre nos écoles et entre les jeunes qui en sont chaque année les acteurs, la contribution du projet à un véritable esprit d'ouverture et donc de tolérance chez tous les participants sont la preuve éclatante de la réussite de l'entreprise.

 

Depuis l'intuition originale et fondatrice, chefs d'établissements, enseignants et élèves ont changé, les mentalités ont considérablement évolué, mais la Communauté de la Jeunesse Européenne est restée fidèle à son projet initial, consciente du rôle qu'elle a joué et qui lui reste à jouer. Aujourd'hui, l'Europe existe de fait, certes. Elle s'agrandit, se renforce et gagne encore en diversité : d'autres pays l'ont rejointe ou sont à ses portes. Mais il reste du chemin à parcourir pour qu'elle s'installe dans les cœurs. Alors vivent nos rencontres.

 

 

Géry DELANNOY